Lot 149
5 000 - 8 000 €
Résultat: 33 000 €

Émile GALLÉ (1846-1904)

Vase "libellules" cylindrique en verre transparent deux couches, à décor de soleils rayonnants gravés à l'acide et d'inclusions d'oxydes métalliques; décor émaillé polychrome de deux libellules. Gravé E Gallé Nancy sous la base. Vers 1890. Haut.: 21,5 cm. Larg. 10, cm. Œuvres à rapprocher: -Émile Gallé, vase à la demoiselle (1887) - Musée des Arts décoratifs -Vase cornet au Libellules, vers 1890, Conservé au musée de L'école de Nancy, Inv: HH10 Les décors émaillés (recherche porté entre 1878 et 1884) représentant de larges libellules. En effet, les décors aquatique sont très caractéristique du maître verrier qui était aussi un botaniste, scientifique membre de l'Académie de Stanislas dès 1890. Les libellules sont donc un des thème favoris d'Émile Gallé qui a toujours été fasciné par cet insecte, «symbole de l'évolution de la vie et de sa naissance dans les eaux. Ces insectes amphibies, dont le développement passe par une phase aquatique, rappellent, avec les plantes marines, que l'origine de toute vie provient de l'eau.» Ici le corps des deux libellules est en émaux bleu, vert, rouge, noir et émaux translucides, et sont significatif de la recherche sur les émaux. Les ailes sont en émaux opaques blancs et rose et les contours sont au trait à l'or. La libellule est constante dans son œuvre avec des représentations qui suivent la mise en œuvre de nouvelles techniques ou de nouveaux matériaux. Sur notre vase, les libellules sont accompagné de «taches» «salissure» «moucheté» qui traduise la volonté de Gallé de varier les tons dans le verre. Souvent sur la paraison de verre au bout de la canne, il projetait de l'oxyde métallique, de la poudre ou des copeaux de verre. Ceci lui a permis d'enrichir ses associations entre le verre et les colorations irrégulières. Cette recherche «d'accidents et de nuance» voulu pour le verrier c'est développé de 1880 à 1889
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue